Article – Les Suisses se rebiffent



Un sentiment mitigé

Les Suisses ont voté ce week-end pour une immigration limitée. Bien sur au premier abord cette votation paraitrait un tant soi peu raciste, néanmoins en y regardant de plus prêt il apparaît clair qu’il n’en est rien en fait.
Connaissant très bien la Suisse, mon pays d’origine, je ne peux me résigner à voir dans les Suisses des êtres racistes et imbéciles. Le choix de ce week-end, je le traduirai plutôt comme un ras-le-bol face à la mode économique ambiante qui tire à une tendance de gain à tous prix, laissant le bien-être des gens largement de coté.
Voilà plus de cinquante ans que nous, Européens (car la Suisse est Européenne), nous sommes battus pour les droits des travailleurs. Et voilà une dizaine d’années que nos acquis repartent gentiment mais surement du coté des nantis, grâce à une crise qui a bon dos finalement, n’est-ce pas messieurs les banquiers ?
Le peuple Suisse n’a, à mon sens, pas dis non au étrangers, ni à l’union européenne. (bien que ces temps-ci elle parte carrément en vrille)
Il a dit non à l’économie à œillères que nous brodent les économistes et les patrons de tous poils en apeurant les foules quant aux conséquences induites par un vote positif. L’économie mondialiste n’a plus de sens et cela, le peuple Suisse l’a très bien compris, en donnant un coup de frein qui devrait se révéler salvateur à cette débandade de profits aux dépends des vivants.
Non le Suisse n’ira pas bosser pour 2500 francs par mois, et le Français non plus d’ailleurs, car en Suisse ce salaire n’est pas raisonnable et pas viable à moyen terme. L’expérience cela se paie, quoi qu’en disent les bureaucrates pour lesquels un tournevis reste inconnu et inutile.

Les politiques qui bricolent

Et bien entendu les politiques s’indignent ! Mon Dieu des xénophobes, des idiots ou des fascistes peuplent notre si belle contrée. Il faut revoir les bilatérales ! Attention à la grande Europe endettée que nous soutenons financièrement sans même en faire partie !
Cela m’étonnerait qu’elle comprenne cette Europe là, les significations profondes de cette votation, de ce choix, tant elle est incapable de voir ses propres frères Grecques ou espagnols en avoir marre de la même manière et les laissent être écrasés par son pouvoir inhumain, économique.
Les sphères politiques sont aveuglées, déconnectés d’une réalité que nous vivons au quotidien. Le petit nuage fric est devenu prépondérant pour ces êtres qui ne savent même plus redescendre sur terre avec les gens normaux, pour simplement papoter et boire un verre.

Je crois que les politiques Suisse devraient regarder ce freinage brusque pour l’économie d’une autre façon, plus humaine, et s’arrêter un instant pour demander à leurs concitoyens le pourquoi de ce vote, sa réelle raison.
Au lieu de cela tous ruent dans les brancards, rediscutent des implications avec l’UE, ré oublient que le peuple à votés, ne comprennent pas pourquoi parce qu’ils ne cherchent plus.
Les interactions économiques reviennent sur le devant de la scène, sans fin ou peut-être avec, une fin qui ne leurs plaira guère, car le peuple, les peuples, en ont gentiment marre.

                                                                           G.Cerbero /14

Commentaires

  1. Bon article, j'approuve tout spécialement la remarque qui s'adresse à tous les partis "posez-vous la question de savoir pourquoi le peuple à voté OUI" que les préoccupations politico-économiques de ces gens occultent.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Article - DuckDuckGo ou ''Une liberté'' que l'on se doit de prendre